ESPRIT SHAMAN
.

Les images se multiplient, fugaces et vives,
Insaisissables demeures des richesses éternelles
D'un esprit qui contemple loin du temps
Tous les mondes possibles
L'Esprit Shaman
.
Le chamanisme, il faut le créer, l'inventer. Il n'existe pas en tant que formule, en tant que temple, en tant que système. C'est une réanimation permanente du vivant.
Luis Ansa, le Secret de l'Aigle

.L'homme succombera, tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. J. H. Fabre



Notre terre

Parole cheyenne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheyennes

Nous savons au moins ceci

Réponse du chef Seattle Sitting Bull, (1786 - 1866) en 1854, au président des Etats Unis de l'époque, Grover Cleveland, qui proposait une 'réserve' aux tribus indiennes en échange de l'achat de leurs territoires.



"Nous savons au moins ceci : la terre n'appartient pas à l'homme ; l'homme appartient à la terre. Cela, nous le savons. "




MESSAGE DE CHEF SEATTLE  LA FIN DE LA VIE, LE DÉBUT DE LA SURVIVANCE

Nous faisons partie de la terre


Nous sommes tous américains

« Je ne suis pas capitaliste. Je ne suis pas communiste. Je ne suis pas Américain. Je ne suis pas Indien : les Indiens vivent en Inde. Je suis Cheyenne... Je vous salue au nom de la nation cheyenne...» 
Lance Henson

Ho hatama hestoz na no me

La voie des plumes


La vie d’un indien ressemble aux ailes de l’air. C’est pour cette raison que tu remarques l’habilité du faucon à saisir sa proie. Tel est l’indien. Le faucon fond sur sa proie; l’indien aussi. Dans sa complainte, il est comme un animal. Par exemple, le coyote est rusé; l’indien aussi. L’aigle également. C’est pour cela que l’indien se couvre de plume; il est apparenté aux ailes de l’air.
Black Elk (Elan Noir) 
Homme médecine Sioux Oglalas

1-Plumes de pouvoir

2-Plumes sacrées

3-La voie des plumes

4-Le Don de l'Aigle

dans la rubrique énergétique du site evolumiere.com

Le rite de Quetzacoatl


Quetzalcoatl en l'an Ce Acatl (895) s'est incarné prétend-on dans le foyer de Iztacmixcoatl et Chimalma. De nature mystique , il a dit-on ,commencé très jeune à pratiquer le jeûne et une ascèse. A trente ans, il fut nommé Grand Prêtre et monarque de Tollan (Tula au Mexique).

Le rite de Quetzacoatl à la place des sacrifices d’enfants établissait comme tout moine Culdée druide Chrétien, le pain, les fleurs et les Copalli. Bien sûr, il interdit l'homicide, le vol, la polygamie et toute autre forme de mal. C’est ce fondement spirituel qui à fait dire au druide Patrice Gentil qu’il ne pouvait s’agir que d’un moine druide ou chrétien. Ces derniers étaient contre les sacrifices .
Quand à l’espace cultuel des mystères de Quetzacoatl, il est établi comme des temples paiens en bois mais à vocation alchimique. A
Tollan, Quetzacoatl fonde un Temple de Mystères et il est constitué alchimiquement de quatre grands temples .
Le premier est en bois de cèdre avec des décorations vertes comme chez les druides constructeurs, il représente le feu secret des alchimistes, le lion vert. Le cèdre est un bois sacré des druides et des Amérindiens pour la tente de sudation.Tente Alchimique et Athanor de la grande tradition des Ainés.:
 
Le second, en cèdre avec des décorations de corail est le lion rouge
 
Le troisième, en cèdre avec des décorations faites d'escargots de mer est affecté à l’agent salin lunaire.
 
Le quatrième, en cèdre décoré de plumes de Quetzalli, c’est l’agent solaire , l’Apollon ou Quetzacoatl lui même. Lui et ses disciples y priaient, jeûnaient et pratiquaient la pénitence.
C'était donc un sauveur d’humanité et il fut renié et persécuté comme tous les initiés tel Orphée, Osiris, Jésus et bien d’autres.

Dans sa fuite de Tollan, il se réfugia un certain temps à Teotihuacan ou il laissa un Temple ouvert, sur l'autel duquel des disciples procédaient encore à la cérémonie du Nouveau Feu alchimique.
L'autel de ce Temple était décoré avec des têtes de Serpents émergeant du calice d'une fleur, elles représentent Quetzalcoatl ou le Mercure. Les coquillages blancs et les escargots rouges sont des allusions alchimiques à l’oeuvre universel de la Grande Pierre du centre des centres, de Mercure , du pôle. De Teotihuacan, il partira à Cholula ou il vivra dit-on vingt années, mais il devra fuir car aucune condition favorable ne peut implanter une Ecole de Mystère là ou en effet, la guerre est permanente .

Avec quatre de ses disciples, il se rend à Coatzacoalcos , il construit un radeau sur lequel il prend la mer et vogue vers d’autres destinations. Il prophétisera que des blancs barbus comme lui devraient arriver par mer et prendront part à la conquête de l’Anahuac. Le Mythe de la barque de Priscillien revient souvent dans les vitraux des cathedrales. Ici ce mythe est renforcé, le radeau atlante reprend son chemin vers l’île du Graal. Quetzacoatl ayant transmis le dépôt, il laisse aux hommes le soin de le faire fructifier.


PERGSANTI
"SOUVENIRS DE VOLS KARMIQUES SUR CETTE TERRE"

Demeurez fidèles à la terre

Je vous en conjure, ô mes frères, demeurez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espérance supraterrestre ! Sciemment ou non, ce sont des empoisonneurs.
Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds, des intoxiqués dont la terre est lasse : qu’ils périssent donc !
Blasphémer Dieu était jadis le pire des blasphèmes, mais Dieu est mort et morts avec lui sont ses blasphémateurs. Désormais le crime le plus affreux, c’est de blasphémer la terre et d’accorder plus de prix aux entrailles de l'insondable qu'au sens de la terre !

Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra

Le premier secret de l'Aigle

Reste dans le sentir de ton coeur, disait-il. Ne pense plus ta vie, retourne dans le temple de ta substance chaque fois que tu respires et l'Amour viendra...Il te cherche ! Sors de ta souffrance. brise la cage où gît la peur de tes ancêtres. libère ton esprits et rejoins le monde des hommes qui se sont sont engagés sur le sentier de la joie dans l'éphémère. Joue sans peur avec l'Aigle. Écoute-le lorsque qu'il te parle, il le fait avec amour en te chuchotant à voix basse ses Secrets, ceux qui sont gardés dans la mémoire des pierres.  Retourne au minéral, au végétal, à l'animal et avance. Avance jusqu'à toi et, de là, vole avec l'Aigle. Ne cherche pas à piller ses Secrets, ils te seront donnés au fil de ta vie , au fur et à mesure que ton être grandira en habileté, en expérience, en ruse. C'est cela, la voie royale que tu cherches, la voie du guerrier. Au banquet des initiés, veille à devenir, par l'amour, digne de participer au premier secret, celui du partage.

Le messager de la mémoire, initiation au temple avec Dona Juana.
Luis Ansa, Le Secret de l'Aigle

L'origine des Sept Plumes de l'Aigle


Au commencement du monde, c'est dans le feu que ceux d'En Haut ont déposé le secret. Il était de sept couleurs. En ce temps-là l'eau était une femme, elle savait l'art des enchantements, elle était sorcière. Elle a enchanté le feu. Quand le feu s'est trouvé sans défense, elle s'est jetée sur lui. Elle l'a tué. Du feu mourant une vapeur s'est élevée, et dans le dernier souffle du feu l'eau s'est emparée du secret. Après l'eau, le bois est venu. Il s'est nourri d'elle et le secret est entré dans le bois par mille racines buveuses. Après le bois, la pierre est venue. Elle a usé le bois, elle a dévoré sa force, et le secret, avec la force défaite du bois, est entrée dans la pierre. Après la pierre, l'aigle est venu. il a couvé la pierre. La pierre a aimé cela. Le secret aussi a aimé cela. Il est allé se blottir dans le plumage de l'aigle. Après l'aigle, l'homme est venu. Il a fait alliance avec l'aigle. L'aigle lui a donné sept plumes, dans lesquelles étaient les sept couleurs du secret, et par la puissance de ces sept plumes, l'homme est devenu sorcier. 
Don Pancho. 
Luis Ansa , Les Sept Plumes de l'Aigle

L'enseignement de l'Aigle

La tradition affirme que les révélations des Secrets de l'Aigle remontent aux origines de l’humanité, à ces temps lointains où l'homme communiquait avec les dieux. Ces principes ont été confiés par les Entités majeures à la puissance du vent, afin qu'il les disperse généreusement sur tout le territoire et dans toutes les cultures du continent américain. Nous les chamans, qui sommes les gardiens de l'Aigle, nous savons cela. Don Diego. 
Luis Ansa, Le Secret de l'Aigle




L'aigle a la plus longue vie de tous les spécimens de son espèce : Il peut vivre jusqu'à 70 ans.
Mais pour atteindre cet âge, l'aigle doit prendre une difficile décision en atteignant 40 ans :
1 - Ses longues serres devenues trop flexibles ne peuvent plus se saisir de la proie qui lui sert de nourriture.
2 - Son long et pointu bec devient trop coudé.
3 - Ses ailes sont devenues trop lourdes en raison de leurs nombreuses anciennes plumes épaissies, et elles rendent son vol difficile.
Alors, l'aigle fait face à un choix difficile :
mourir ou passer par un processus douloureux de changement qui durera 150 jours... soit 5 longs mois.
Ce processus exige que l'aigle vole jusqu'en haut d'une montagne sur son nid. Là, l'aigle va frotter et frapper son bec contre une roche jusqu'à ce qu'elle l'érode. Après cela, il attendra la repousse d'une corne neuve et rigide qui formera un nouveau bec.
Ensuite, il tentera d'arracher et d'user ses serres. Après cela de nouvelles serres se développeront selon un processus de repousse permanente.
Puis encore, l'aigle commencera à plumer ses plumes âgées. Après cela, des plumes neuves plus légères et plus souples repousseront.
Et enfin, après ces cinq mois de douloureuse patience, l'aigle prendra son vol célèbre de renaissance et pourra vivre ses 30 années supplémentaires.
Pourquoi le changement est-il parfois nécessaire pour nous aussi ? Souvent, pour survivre, nous devons, nous aussi, commencer un processus de changement. Nous devons alors parfois douloureusement nous débarrasser de veilles habitudes, souvenirs, coutumes. C'est seulement libéré du fardeau du passé que nous pouvons alors profiter du présent et de l'avenir.
C'est la leçon de l'aigle. 

Auteur inconnu : texte de tradition amérindienne, basé sur des faits réels

La légende de la plume d'aigle

C'était dans le temps d'avant. 

Unktehi, le monstre qui vit dans l'eau, provoqua une gigantesque inondation en se battant contre les hommes.

Wanka Tanka, le Grand Esprit, laissa faire. On ne sait pourquoi.

Tout fut submergé excepté une colline (celle qui se trouve près du la carrière où la communauté de la grand-mère indienne qui raconta cette histoire, fabrique les pipes sacrées). 

Les hommes s'y réfugièrent donc. Mais ça ne dura pas, les eaux montèrent encore jusqu'à recouvrir la colline. Les rochers et les pics se renversèrent sur les hommes. Tous périrent et leur sang se coagula en une grande mare. 

C'est pourquoi ces lieux sont le tombeau des ancêtres de cette communauté.

Au cours de la catastrophe, Unktehi fut changé en pierre. C'est peut-être la punition du Grand-père Esprit pour avoir provoqué cette catastrophe. Les os d'Unktehi sont dans les Badlands. 

Son dos forme une longue crête et on peut voir ses vertèbres sur un rang de rochers rouges et jaunes.

Donc, tous périrent sauf une jeune fille qui était très belle. Elle fut sauvée par le grand aigle Wanblee Galeshka. Juste au moment où les eaux allaient la recouvrir, il avait volé vers elle pour qu'elle s'accroche à ses pattes. 

Il la déposa à son repaire, sur la cime d'un grand arbre qui se trouvait sur le plus haut sommet des Black Hills. C'était le seul endroit épargné par l'inondation. Aujourd'hui ce lieu est sacré.

La jeune fille resta avec l'aigle Wanblee qui en fit sa femme. Il faut dire qu'à cette époque, ces choses-là étaient possibles parce que les hommes et les animaux étaient bien plus proches qu'ils ne le sont aujourd'hui. 

La jeune fille donna à son époux aigle deux jumeaux, un garçon et une fille, qui naquirent au sommet de cette montagne. De nouveau il y avait des hommes sur terre.

Quand les eaux se retirèrent, Wanblee descendit sa petite famille sur la terre en leur demandant de former une nation puissante, la Oyate Lakota.

Les enfants grandirent, qui firent à leur tour des enfants ainsi de suite. Une nation était née, descendant de l'aigle. Voilà pourquoi les Sioux portent une plume d'aigle.



D'après une légende qui fut racontée par Lame Deer,
une grand-mère Santee (Winner, Dakota du Sud)

Les 10 valeurs primordiales des Kogis

 

 Extrait de l'article de nouvelle clé:

Aidons les Kogis... à nous transmettre leurs 10 valeurs primordiales

Par Éric Julien

1 Une mémoire orale collective

Les Kogis accordent une grande importance à la mémoire. Mémoire des règles sociales du groupe, mémoire des évènements auxquels s'est trouvé confrontée la communauté, mémoire des conséquences sur le groupe, et mémoire de la plus juste manière collective d'y répondre. “ La mémoire, disent-ils, c'est comme les yeux qui sont faits pour voir. S'ils se ferment, tout devient obscur. ” Pour eux, cette mémoire ne peut pas être écrite. Elle doit être orale, portée par les membres du groupe. Écrite, elle se dissocie des hommes et perd de son efficacité. À chaque fois que Gentil et moi échangeons avec les Kogis sur les projets en cours, nos amis passent de longues journées à analyser nos propos, pour pouvoir les comparer à une situation analogue, vécue hier par la communauté. C'est en fonction d'un ensemble d'expériences similaires, gardées en mémoire par le groupe, que sont proposées et décidées les réponses futures.

2 Une parole partagée en permanence

Pour éviter tout risques de déséquilibre et canaliser les conflits, les émotions, les Kogis passent beaucoup de temps à parler. Lorsque l'on arrive dans un village Kogi, dans l'obscurité de la Nuhé (temple), il faut expliquer pendant de longues heures qui l'on est, d'où l'on vient, avec quelles intentions. Moment privilégié d'écoute, de partage, expérience forte qui permet de réguler les tensions, d'exprimer les émotions et de nourrir la relation sociale. À trois, en famille, en groupe, la parole a une vertu apaisante et régulatrice. Les mots guérissent les maux. De la nécessité de relations interpersonnelles fortes, harmonieuses, pour nourrir un tout social en permanente recherche d'équilibre. Sociétés holistiques, les sociétés racines tirent leurs règles sociales et politiques d'un lien fort avec le vivant, le milieu naturel dont ils dépendent pour leur survie.

3 Une convivialité vitale et obligée

Dans la société Kogi, agir ensemble est compris comme un indicateur de la qualité des relations sociales. Ainsi, la construction collective d'un pont ou d'une hutte va-t-elle refléter les qualités relationnelles du groupe. À l'inverse, il peut être demandé à un groupe dont les membres entretiennent des relations difficiles, de réaliser un travail collectif, pour les amener à s'apaiser. L'action ne peut se concevoir sans la pensée, ni la pensée sans l'action, l'un reflète la qualité de l'autre. Toute action, tissage, construction, décoration, reflète la qualité des relations aux autres et au monde. Dans une telle société, la pauvreté n'est pas imaginable. La solidarité est une condition de survie.

4 Une finalité générale d'équilibre

La notion d'équilibre, différente de l'immobilisme, palpite au cœur de la société Kogi. Équilibre de chacun avec soi-même, avec les autres, avec le monde. Il n'y a pas vraiment de concept de bien et de mal, mais plutôt de plus ou moins grande justesse : ce qui peut être juste dans une situation donnée, peut s'avérer totalement inadapté dans une autre. L'équilibre se vit notamment dans les relations que les Kogis entretiennent avec la terre : si ces relations ne sont pas justes, les récoltes seront mauvaises, les parents ne pourront pas nourrir leurs enfants, ni satisfaire leurs obligations sociales d'échanges et de réciprocité. L'injustice et le déséquilibre risquent alors de pénétrer leur univers. Tout le travail que tentent (parfois désespérément) de mener les Kogis vise à essayer de maintenir ou de rétablir l'équilibre du monde, que nos modes de fonctionnement déséquilibrent gravement. “ Ceux qui enlèvent le pétrole, le gaz ou le charbon, dit Mamu Marcello, ne comprennent pas ce qu'ils font : une hémorragie qui vide la terre de sa force. C'est comme enlever les minéraux d'un corps ; ça provoque des déséquilibres, le corps devient fragile et les maladies surviennent. Les petits frères ne comprennent pas les déséquilibres qu'ils sont en train de provoquer. ”

5 Une expérience cyclique et renouvelée

Le temps cyclique appelle la recréation du monde, contrairement au temps linéaire qui fige et établit une échelle de valeur entre un hier dépassé et un demain meilleur. Liée au vivant, dont elle tire ses règles collectives de fonctionnement, la société Kogi célèbre chaque année le retour de la vie, l'existence d'un cycle vital de naissance de maturité et de mort. Dans ce temps cyclique, les étapes fondamentales de la vie individuelle ou collective sont marquées par des rituels, une cérémonie spécifique, qui par le biais de l'expérience partagée permet l'intégration et la construction identitaire de chacun Le temps cyclique permet en outre à chacun de faire sa propre expérience du monde, dans le cadre de règles incarnées par les anciens. Il s'agit de permettre à chacune des générations d'en faire l'expérience et donc d'ouvrir son champ de conscience. Chez les Kogis, tout est conscience, ce qui demande une vigilance de tous les instants.

6 L'appartenance à un lieu

Nous avons demandé à Casimiro, un jeune Kogi, âgé sans doute de dix ou onze ans, quel était son rêve. Sans hésiter, les jambes bien fichées dans le sol, un grand sourire traversant son visage, il nous a répondu : “ Je rêve d'être Kogi, de savoir cultiver la terre, de construire ma maison et de protéger ma famille. ” Les peuples racines sont toujours situés quelque part, ils appartiennent à un lieu et en portent l'identité. Si vous demandez à un Kogi qui il est, il vous répond toujours : “ Nous sommes Kogis, habitants de la Sierra Nevada de Santa Marta. ” On est Touareg avec une culture, une identité, un savoir vivre adaptés au désert. On est Inuit parce qu'on vit dans un espace-temps polaire. Le contexte naturel, exigeant, diversifié à l'infini, forge les identité, nourrit les cultures dans leurs richesses et leurs multiplicité. Elle oblige à la vigilance, à la solidarité, au dépassement de soi vers l'autre, le monde, question de survie.

7 Des lois sociales fondées sur le vivant

“ Pour nous, dit Mamu Marco Barro, la nature est comme vos livres : tout y est écrit. Les petits frères nomment des chefs, des capitaines, mais ils se font la guerre, ils se tuent, se disputent en permanence. Pourquoi ? Parce qu'ils vivent seuls, sans règles partagées. Essayez de comprendre que la mère-terre est à la fois l'énergie et l'équilibre. Si nous ne respections pas ses règles, nous devenons tels des enfants perdus. Chacun s'invente ses lois et le chaos s'installe. Nous pensons que la maladie est une forme de punition, qui nous dit que nous n'avaons pas respecté les lois de la nature. Nous devons écouter les voix de la nature. ” Contrairement à nos sociétés modernes, les sociétés racines n'ont jamais effectué de rupture avec le vivant. Elles se considèrent comme une composante parmi d'autres du corps vivant qu'est la terre. Cette relation privilégiée, vécue au quotidien, leur permet d'appréhender le monde comme un grand écosystème dont leur système politique et social est un prolongement. Leur stupéfiante connaissance des interdépendances entre espèces leur permet de refertiliser des terres considérées par les autres paysans comme définitivement stériles.

8 Une fertilisation croisée des contraires

Haut et bas, inspiration et expiration, nuit et jour, féminin et masculin ne sont que différentes versions des deux dimensions de la vie dont l'alternance et l'association harmonieuse permettent la création. Cette approche essentielle de l'existence est explicitement manifestée dans de nombreuses activités quotidiennes des Kogis. Ainsi, lorsque les hommes tissent leurs vêtements, ils viennent s'asseoir devant le métier à tisser, symbole du monde et de sa dualité. La partie avant du tissu représente le jour, la partie arrière la nuit, quant à la navette, c'est le symbole de l'être humain et de sa capacité à relier les contraires pour créer. Les vêtements que portent les Kogis reflètent la qualité de leur relation avec le monde et leur capacité à identifier et à faire fructifier la dualité du monde.

9 Un pouvoir canalisé et partagé

Dans les société racines, le pouvoir de l'un des membres du groupe sur l'ensemble de la communauté est perçu comme un risque, une menace de désintégration et de déséquilibre. De fait, la société Kogi est une société sans chef. Le pouvoir s'y trouve dilué et repose entre les mains de tous. C'est une société participative, régime d'assemblée où personne ne décide au nom des autres. C'est dans la nuhé, le temple, que sont prises les grandes décisions concernant la communauté. “ La Nuhé, dit Mamu Antonino Dingula, est comme un père ou un grand-père : dans son ombre, on ne peut pas se disputer. On y vient pour discuter de choses importantes. Pendant que les hommes discutent entre eux dans la nuhé masculine, les femmes font de même dans la nuhé féminine. Tout s'y passe toujours dans le noir et pendant le temps nécessaire (éventuellement plusieurs jours) pour que toutes les énergies soient régulées. C'est notre façon de maintenir l'équilibre au sein de la communauté. ”

10 Une prédominance de l'invisible sur la matière

Selon les Kogis, c'est “ Aluna ” - la pensée, l'âme, l'énergie... - qui aurait créé des formes différentes pour chacune des expressions du vivant. Chacune de ces expressions possède sa propre Aluna, capable de communiquer avec celles des autres. Tous les êtres vivants ont une pensée, une force spirituelle qui dynamise la vie. Sans “ Aluna ”, le corps n'est qu'une matière inerte dont les éléments naturels interagissent chaotiquement les uns avec les autres, avant de pourrir et de disparaître. Les interactions entre la pensée/énergie Aluna et la matière créent une autre force, que les Kogis appellent “ Seiwa ”. Les enfants sélectionnés pour devenir Mamu s'engagent dans une initiation de plusieurs années. Menée intégralement dans l'obscurité, leur éducation vise à les faire entrer en relation avec l'esprit de chaque chose. Ils ne connaîtront pas la mer physiquement, mais par son esprit. Ils ne connaîtront pas le jaguar, sauf en esprit. Lorsque l'enseignement prend fin, le Mamu qui a accompagné son élève sur le chemin du savoir peut alors prononcer la phrase rituelle : “ Tu as appris à voir à travers les montagnes, à travers le cœur des hommes, tu as appris à regarder au-delà des apparences. Maintenant, tu es un mamu. ” 



Deux livres de la collection Clés :

• Deux livres d'Éric Julien : Le Chemin des 9 mondes et Kogis, le réveil d'une civilisation précolombienne , éd. Albin Michel, collection Clés.
• Éric écrit actuellement le troisième tome de cette saga, toujours pour la même collection.

Une association :

Tchendukua - Ici et ailleurs , 11 rue de Jarry, 94300 Vincennes, 01 43 28 48 92 - [-> www.tchendukua.com]

Un beau livre :

Les Indiens kogis - La mémoire des possibles , sous la direction d'Éric Julien et Muriel Fifils, préface de Jean-Marie Pelt, éd. Actes Sud.
Eric Julien, qui aide les Indiens Kogis à racheter les terres de leurs ancêtres, réalise un rêve : présenter côte à côte, dans un album photo, des paroles de ses amis des montagnes colombiennes et des textes d'auteurs occidentaux (Thierry Janssen, Gilles-Éric Séralini, France Schott-Billmann et treize autres), sur tous les sujets qui comptent : agriculture, éducation, santé, musique, arts, travail, coopération... Un document magnifique.

Follow by Email

Membres

VISITES

TERRE- LUNE EN TEMPS REEL